Israël et la question juive

par Pierre-André Taguieff

280 pages

Prix : 22 €



« Une guerre idéologique totale est aujourd’hui menée contre Israël et le sionisme… Cette guerre non conventionnelle est d’autant plus efficace qu’elle n’est pas déclarée. »

Si vous n’y croyez pas c’est le moment d’ouvrir les yeux. Les bouleversements dans les pays arabes accoucheront peut-être d’une nouvelle forme de liberté, mais déjà une forme nouvelle de lutte contre l’État juif a bien été imaginée : ce sera l’appel au boycott contre l’« apartheid » israélien et la stratégie de l’isolement diplomatique avec un déferlement d’« indignés » et de provocations sur chacune de ses « frontières ». Ce sera un 9/11 à l’envers : avec beaucoup de martyrs.

« Antisionistes de tous les pays, unissez-vous ! » Le conflit israélo-palestinien paraît plus vaste et oppose à des « criminels professionnels » la multitude intrépide des innocents mobilisés. Car s’affirmer « pour la Palestine » c’est se placer dans le camp du Bien : « il n’y a pas de cause plus émouvante », et la vraie religion communiste c’est la lutte finale contre ce dernier racisme : au XXIe siècle le monde sera sans le sionisme.

Car comment faire la paix avec cet État supposé raciste, dominateur, intrinsèquement pervers, Israël, et comment faire entendre raison à ce peuple à la nuque raide, qui s’arroge le droit, « sûr de lui-même », au retour seul ? Comment détruire le sionisme sans éliminer tous les sionistes et abolir leur rêve d’une souveraineté juive sur la sainte terre ? « Nous avons libéré la bande de Gaza, mais avons-nous reconnu Israël ? » demande le Hamas, et on connaît la réponse : « pour les Palestiniens la mort est devenue une industrie… » Déjà la Shoah n’est plus qu’un mince rempart idéologique, qui paraît avoir été un mythe odieusement fabriqué pour effacer la mémoire de la Naqba. « Tout redevient possible, tout recommence », et devant la seule nouveauté de l’histoire les « indignés » déjà ne s’émeuvent plus.

Dans ce livre magistral, Taguieff donne la leçon ultime : celle qui permet une dernière fois de reprendre ses esprits en contemplant le rêve brisé de l’Occident avant le grand soir. Parce qu’elle nous place devant l’abîme elle nous rend libres, et parce qu’elle ressemble à la vérité elle peut redonner le goût, et peut-être la force, de vivre. Jamais on n’aura été aussi bien renseigné. Le maximum que vous puissiez demander à l’histoire.

Olivier Véron

Presse

Commander le livre