Photo de l'auteur

Michaël Bar-Zvi

« Transmettre c’est donner du sens, mais comment fait-on pour donner du sens à ce qui n’en a pas ? Comment déceler ou reconnaître ce qui est à transmettre et ce qui ne l’est pas, car même si le sens est caché ou absent, l’acte du passage possède en lui une force. Il ne s’agit pas seulement d’être des passeurs, mais d’avoir la puissance de bâtir un pont sur de solides pilotis. Sans ce pouvoir, les passerelles s’effondrent avec ceux qui les empruntent. »

Né en France en 1950, docteur en philosophie (Sorbonne) Michaël Bar-Zvi monte en Israël en 1975, où il devient Professeur de Philosophie à l’Institut Levinsky de Tel Aviv. Philosophe d’une grande rigueur, marqué par ses maîtres Emmanuel Levinas et Pierre Boutang, il a été directeur du Département de l’Éducation de l’Agence juive, et il en a gardé un sens pédagogique élevé et une grande force de persuasion. Détaché de l’Université israélienne, Michaël Bar-Zvi a été, de 2002 à 2010, Délégué général du Keren Kayemeth LeIsraël à Paris.

À partir d’analyses historiques rigoureuses, ses livres se sont principalement intéressés aux liens entre la pensée juive et la philosophie politique. Il a publié en français :

Le Sionisme, Les provinciales, 2002 (première édition PUF, coll. « Que sais-je ? », 1980), en collaboration avec Claude Franck, professeur à l’IEP de Paris, première édition) ;
Philosophie de l’antisémitisme, avec une postface de Pierre-André Taguieff, Les provinciales, 2019 (première édition PUF, 1985) ;
Histoire de l’Irgoun, Périple, 1987 (ce livre peut être commandé auprès des provinciales : 280 pages, 15 €) ;
Être et exil, philosophie de la nation juive, Les provinciales, 2006 ;
Éloge de la guerre après la Shoah. Pourquoi la guerre a commencé le 8 mai 1945, Hermann, 2009 ;
Israël et la France, l’alliance égarée, Les provinciales, 2014 ;
Pour une politique de la transmission. Réflexions sur la question sioniste, Les provinciales, 2016.
La pensée anthume, Les provinciales, 2019.

Michaël Bar-Zvi a également rédigé d’importantes postfaces aux livres de Pierre Boutang :
La Guerre de six jours ;
La Politique, la politique considérée comme souci,
« Cette lecture m’a servi de bouclier et de vaccin pour résister aux tentations des idéologies totalitaires et d’une pensée dominante qui s’installèrent alors dans les universités françaises et dont les effets sont encore durement ressentis aujourd’hui. »

Michaël Bar-Zvi est mort à Paris le mardi 29 mai 2018, puis il a été rapatrié et enterré à Tel Aviv dans la terre rouge et la lumière rasante du soir.

« Michaël Bar-Zvi demeure tout entier placé dans le centre profond de l’existence, dans cette vie que la mort ne saurait renverser. »
Rémi Lélian, L’Incorrect.

ses publications :