Français langue morte

suivi de « L'Anti-Millet »

par Richard Millet

Ajouter au panier

170 pages, 18 €


«  La poésie a pour devoir de faire du langage d’une nation quelques applications parfaites » disait Paul Valéry, dans le temps même où il rappelait que les civilisations sont mortelles – et où mourait la nôtre, dont il était parfaitement représentatif. Sa vision était plus large encore, quasi visionnaire  : «  Je vois passer « l’homme moderne » avec une idée de lui-même et du monde qui n’est plus une idée déterminée. Il ne peut pas ne pas en porter plusieurs  ; ne pourrait presque vivre sans cette multiplicité contradictoire de visions  ; il lui est impossible d’être l’homme d’un seul point de vue, d’appartenir réellement à une seule langue, à une seule nation, à une seule confession, une seule physique, etc.  »

L’époque à laquelle écrivait Montaigne était marquée par les ligues, les guerres de religions, la peste  : son style même est une quête de vérité, aussi «  ondoyante  » que l’homme même. Celui de Valéry, incisif comme un oiseau qui fend l’azur, tient le registre de l’intelligence qui survit aux civilisations…

Nous n’écrivons pas dans le regret : nous écrivons après.

Nous écrivons pour une nation posthume qui se souviendra de nous en une autre langue qu’on appellera français faute de mieux.

La langue : la seule responsabilité politique que je me sente.

Richard Millet

• Prière d’insérer.


« Ce n’est que dans la langue maternelle qu’on peut dire la vérité. Dans une langue étrangère, le poète meurt… »

Paul Celan

 

« La patrie n’est pas une convention territoriale. C’est l’immutabilité de la mémoire et du sang. »

Marina Tsvetaena