Massacre des innocents : descriptif



La destruction des enfants juifs sous Hérode le grand (théâtre) : pour la création de la pièce à Lyon (novembre 2006) puis à Paris (avril 2007), la mise en scène a réduit le texte des deux tiers. Véritable « mémorial du massacre », la présente édition reprend le texte intégral, avec toutes les scènes non montées de cette pièce juive, historique et domestique, pleine d’une vie foisonnante et qui s’impatiente.
_


« Ô mon Dieu comment,
Comment se fait-il,
Comment cela s’est fait que, de ces petits qui ne savent point parler,
Le massacre soit votre premier témoignage
Et qu’ainsi le premier témoignage
Soit aussi la première objection ? »


Hannah Arendt rappelle que le système totalitaire se caractérise par le « refus de la naissance », c’est-à-dire le refus d’une singularité inattendue, réfractaire à tout programme. Hérode le Grand, non-juif auxiliaire de l’Empire, apparaît le prophète de ce monde : il fait massacrer les enfants de Bethléem parce que le caractère irréductible du Juif ne peut que troubler l’ordre de la pax romana. C’est le sujet de cette pièce à la fois politique et domestique, qui touche aussi à cette heure au cœur de la vie quotidienne, où l’incompréhensible vient nous frapper et sommer les pauvres personnages que nous sommes de s’élever à une grandeur tragique.