Le Dhimmi (Descriptif)

Réédition du fameux livre de Bat Ye’or, « ouvrage de référence sans équivalent » (Le Monde) qui fit émerger le dhimmi du néant silencieux de l’oppression et des génocides, et l’inscrivit peu à peu dans la conscience historique et le langage politique courant.

Les islamologues avaient pris l’habitude de définir les juifs et les chrétiens sous l’islam comme des minorités religieuses. On ne disait rien de leur origine, or ces populations représentent les restes des peuples ethno-religieux antérieurs à l’islam, autrefois majoritaires dans leur pays.

Une fois leur territoire conquis par le jihad ces populations étaient soumises à une sorte de pacte qui devint vite un statut imposé et infamant, la dhimma : la « protection » islamique s’exerçant dans un contexte de guerre ininterrompue, la condamnation à mort sanctionnait le refus de se soumettre. Ce fut la dhimma qui assura le succès de la politique d’arabisation et d’islamisation. Son abrogation au XIXe s. sous la contrainte de l’Occident n’a sans doute pas modifié les doctrines et les représentations musulmanes en profondeur.

Réduits à un état de subordination, de vulnérabilité et de dégradation extrême, toute critique de l’oppresseur étant blasphématoire, ces peuples dhimmi traversèrent les siècles avec une telle discrétion que l’histoire en conserva difficilement les traces. Peuples sans passé, ils étaient aussi des peuples sans droits, incarnant une condition de non-existence et d’injustice permanente.

Dès la parution de ce premier livre, Jean-Pierre Péroncel-Hugoz et Jacques Elul dans Le Monde avaient souligné que Bat Ye’or, « en parlant d’une façon scientifiquement irréfutable, des opprimés dans la civilisation arabe et musulmane », prenait « le contrepied d’une mode tendant à présenter l’islam comme le carrefour de toutes les tolérances, face à un Occident naguère encore impitoyable pour les minoritaires ». Le Dhimmi révélait aux juifs et aux chrétiens orientaux leur propre histoire, qui pour la plupart l’ignoraient.

Cette ignorance et leur situation de peuple-otage les avaient incités à se faire les porte-paroles en Occident de leurs oppresseurs et à œuvrer à leur propre destruction, dont les derniers épisodes sanglants ont fini par nous interpeler. Mais dans les années soixante-dix, Bat Ye’or découvrait « cet énigmatique personnage, le dhimmi, surgit de ses linceuls d’histoire » : « À mesure que j’éclairais ses diverses facettes, s’éveillaient simultanément contre moi des attaques et des vindictes exprimées jusqu’en 2010 quand le gouvernement de l’Etat Islamique, fort opportunément venant à mon secours par le rétablissement de la charia, confirma tous mes écrits. »

En rassemblant pour la première fois sous ce titre une réalité historique refoulée et niée ce livre expose le dhimmi dans sa réalité humaine et non dans la vision de son oppresseur qui le déshumanisait pour l’asservir. Aujourd’hui, on se rend mieux compte de son caractère politique explosif. Alors que les médias et l’élite culturelle vilipendaient le racisme et le colonialisme, et se confondaient en témoignages d’admiration pour l’islam, ce livre mettait au centre d’une histoire de treize siècles sur trois continents, le dhimmi juif, chrétien, ou autre colonisé par les Arabes, dans ses vêtements d’opprobre.

Bat Ye’or, « fille du Nil », « une Cassandre, un esprit courageux et clairvoyant », a consacré sa vie à étudier et à comprendre l’histoire et la condition des Juifs et des chrétiens sous l’Islam après avoir été expulsée d’Égypte par Nasser en 1956. Ses livres ont été publiés en anglais, allemand, espagnol, français, hébreu, italien, néerlandais, russe… Elle donne de nombreuses conférences et participe à d’importants colloques internationaux en Europe et en Amérique où elle a fait connaître les mots « dhimmi », « dhimmitude » et « Eurabia ». Elle a voulu comprendre, à la lumière des permanences et des nouveautés de l’histoire la lente dégradation de l’idéal européen et de sa capacité d’intégration.