Gérard Breuil



Né en 1956. Il commence au théâtre avec Raymond Gerbal, Georges Lavaudant et Diden Berrandan, avant de se consacrer entièrement à la peinture (une quarantaine d’expositions). D’abord empreint de violence (l’homme, la société industrielle, le mouvement…), son travail se dévoue à présent au silence, à la musicalité, et aux lieux. Depuis 1999, il n’expose presque plus que dans et pour des bâtiments romans, notamment à l’Abbaye Saint-Philibert de Tournus (2000, 2002, 2003) et au Couvent des Cordeliers de Charlieu (une centaine d’œuvres originales exposées en 2005). Il a réalisé un travail d’« incrustation » monumental à la primatiale Saint-Jean (baptiste) de Lyon (mai-octobre 2007, à la demande du service des affaires culturelles du diocèse), « pour prolonger de quelques millimètres le rêve des batisseurs ».