Dom Angelico Surchamp, fondateur des éditions Zodiaque


Sans chercher à tenir l’art roman pour un modèle à imiter, ce qui serait tout simplement ridicule, il est permis de penser qu’il reste un maître à écouter. À l’inverse des siècles qui l’ont suivi, siècles qui le tenaient pour négligeable, notre époque l’a compris, réhabilité. Sans doute gagnerions-nous à retenir certaines de ses leçons. C’est du moins une des pensées qui vient à mon esprit lorsque je contemple l’œuvre de Gérard Breuil.