Adama


« À travers une série d’articles publiés entre le 25 mai et le 6 juillet 1967 dans l’hebdomadaire La Nation française, Pierre Boutang (1916-1998) témoigne de ses réflexions face à la menace de destruction d’Israël – "seule création positive répondant à l’horreur infinie de la Seconde Guerre mondiale" – par les forces arabes coalisées. Avant toute autre considération, le journaliste politique rappelle que la seule raison d’être du panarabisme nassérien, incarnation de la "nation arabe", réside dans la renaissance "scandaleuse" d’un État juif qu’il s’agit d’anéantir. À cet égard, l’auteur ne manque pas d’égratigner l’ONU, "palais du mensonge" dont "le caractère éminemment conditionnel de son action pour la paix" a abouti, dès la crise de Suez, au sauvetage du raïs égyptien vaincu, avec la complicité active de Moscou et de Washington. Or, insiste-t-il, seule une "victoire décisive et suffisante d’Israël" sur le leader génocidaire offrirait à la région une chance de résolution du conflit. C’est en effet à cette "nation exemplaire", dont l’Europe tient ses valeurs, que revient légitimement, aux yeux de ce catholique "sioniste", la souveraineté sur Jérusalem. Des propos d’une surprenante actualité, près de 45 ans après la guerre des Six Jours. »

Yaël Simon, Adama (magazine du KKL.)